Rechercher
  • Dystopie

La Fosse

Air de la Fosse. Encore réveillé par les sirènes. Celles qui signalent l’activation des panneaux métalliques qui protègent les alcôves et les accès de la Fosse. Tous les matins le même boucan ! Comme chaque matin j’enfile ma botte droite. A gauche, la cyberprothèse confectionnée par le vieux Tungstène n’a pas besoin de ça. Avant je la cachais sous des vêtements pour donner le change, mais à quoi bon, il y a de plus en plus de machines ces derniers temps. A peine le nez dehors que déjà la poussière m’irrite les yeux. L’activité bat son plein. La Fosse comme je l’aime, grouillante comme une fourmilière. C’est l’effervescence et je décide de suivre ce cortège qui se dirige vers le promontoire. C’est cette grande place située à l’entrée de la Fosse, où les différentes offres de travail, et primes en tout genre sont scandées. Aujourd’hui j’ai pris mon fusil énergétique avec des batteries neuves. Normalement je devrais en avoir moins besoin que les autres jours, il paraît qu’il y aura des soldats de Véga dans leurs carcasses rutilantes. Je dis soldats, mais je suis même pas sûr qu’il y ait des hommes là-dedans.  Je reste quand même méfiant, je me rappelle une fois où ça avait mal tourné. Le groupe des dépioteurs avait essayé de leur piquer leur matos, c’était pas beau à voir. Je suis sûr que les soldats de Véga sont là par rapport aux affiches que l’on voit partout dans la Fosse ces temps-ci. On m’a dit qu’il y avait écrit dessus « Rejoignez Véga ». Pourquoi pas, ça pourrait être pas mal de voir enfin au-dessus de ces nuages, il paraît que le ciel est bleu. Avant de rejoindre le promontoire, je vais m’arrêter voir Sonny. Elle a toujours de la came à refourguer. Comme ça je pourrai faire du troc avec les chasseurs de primes une fois sur place. A cette heure-ci, elle est toujours en « cul de Fosse », c’est cette faille où l'on peut trouver toute sorte de matos exotiques. Mais il vaut mieux bien connaître ceux qui traînent là bas pour ne pas finir en morceaux. Une fois j’avais troqué un stock de peaux, et je suis presque sûr que c’était pas du revêtement synthétique vu ce que j’en ai tiré avec cette boîte de conserve qui se prenait pour un humain. Mes petites affaires terminées, je n’ai même pas le temps de rejoindre le promontoire que des coups de feu résonnent dans les galeries. Je me dis que c’est juste un petit désaccord, rien qui ne sorte de l’ordinaire. Peut-être est-ce la brigade d’Eso ? Depuis qu’ils gèrent la milice ça se passe plutôt bien. Mais non, rien à voir. Les sirènes retentissent à nouveau et certaines alcôves commencent à se fermer. Il faut vite que je coure chercher du matériel. Il doit bien me rester quelques grenades. C’est peut-être les hommes-bêtes ou pire, des machines détraquées qui essayent de nous buter. « - Hé ! Où tu vas comme ça avec les grenades ??? -T’occupe pas ! On a besoin de moi ! -Je crois pas non ! Tu restes ici ! -Et puis quoi encore, j’ai 8 ans maintenant, ça pue dehors, il faut que j’y aille, quand c’est la merde on se sert les coudes, c’est comme ça dans la Fosse !



La Fosse c'est aussi :


342 678 habitants

25 437 alcôves

74 ponts suspendus

237 000 négociants de produits illicites

3 négociants de produits autorisés

7 500 brochettes de rat grillé par jour

136 578 escroqueries par jour

75 210 voleurs de pièces détachées

75 210 revendeurs de pièces détachées

2 déclarations d'amour par jour

1 458 372 rumeurs

10 358 gangs

658 369 armes

137 cultes

258 470 implants cybernétiques

5 associations caritatives

1 seul "grand patron" avec

342 678 personnes se prenant pour le seul "grand patron" !


165 vues
 

Formulaire d'abonnement

  • Facebook
  • Instagram
  • YouTube

©2020 par Dystopie.