LA NOUVELLE ÈRE

La vie reprend progressivement sur la Terre. Les hommes commencent à se réunir en petites cités. Parmi les gens de la Terre, que l'on nomme les Originaux, certains restent autonomes tandis que d'autres se mettent à commercer avec Véga, voire décident d'y vivre. La cité a continuellement besoin de nombre de ressources exotiques que seule la Terre peut lui offrir. Les Originaux sont nés sans procréation assistée et leurs gènes sont naturels. Chose extrêmement rare actuellement. Ils ont pour la plupart une enfance dite archaïque ou traditionnelle. Un père et une mère biologiques prennent en charge leur éducation. Par rapport aux Homo Sapiens du XXIème siècle, ils possèdent des caractéristiques physiques et une résistance naturelle nettement plus développées, forgées par l’environnement hostile qui les entoure.

 Une grande partie de la population de la surface vit dans la Fosse. Il s’agit du surnom donné par les citoyens de l’acropole à la plus grande communauté humaine vivant à proximité de Véga. Elle fait partie des villes souterraines qui ont permis à l’humanité de survivre pendant l'âge sombre. La Fosse entoure les terres continuellement dans l’ombre de la mégastructure, des terres mortes où rien ne pousse, qui ne servent que de zone d'atterrissage aux  multiples vaisseaux de transport conduisant à Véga.

Parmi les natifs de la Terre, il y a les Transfigurés, qui étaient autrefois des hommes, mais qui ont abandonné leur corps fait de chair pour ne faire qu’un avec la machine. Leur part humaine est très faible et ils sont souvent très proches du culte de Rhéia, IA suprême. Ils n’appartiennent plus au genre Homo Sapiens mais sont désormais des Techno Sapiens.

A l’inverse, certaines machines arrivent à se libérer de l’emprise de Rhéia. Elles constituent des intelligences artificielles indépendantes, comme le fut Rhéia. On appelle ces machines les Éveillés car elles semblent animées de leur propre conscience, parfois même d’humanité. Tout comme les Transfigurés, elles font partie du genre Techno Sapiens. Lors d’une simple connexion au réseau de Rhéia, il arrive que cette dernière arrive à les soumettre de nouveau. Ainsi cette liberté si fragile et si éphémère, les pousse à arpenter le monde et à tenter de le comprendre.

.

Véga mérite son titre de merveille du monde. Cette cité dont la base circulaire s’étend sur près de 200 km de diamètre, s’élève verticalement sur 2,5 km et occupe une partie de la stratosphère à 50 km d'altitude. Elle s’organise sur 5 niveaux tous transpercés par de multiples puits de lumière qui permettent aux plus chanceux de voir le soleil. Navettes aériennes privées et taxis en tout genre arpentent ces hubs. La lumière permet aussi de pratiquer de la culture naturelle. Ces halos possèdent une circonférence de presque un kilomètre et il n'est pas rare d'y voir des commerces suspendus, des serres, des jardins ou des patios.
Chaque étage abrite des domaines variés comme des laboratoires de procréation, des usines robotiques, des centres de loisirs, des cultures hydroponiques, génétiques et même des grands parcs.
Les hautes instances mènent une politique dite des enfants multiples qui impose aux citoyens d’élever au moins 3 enfants par foyer. Il peuvent bénéficier d’aide à la procréation et avoir des enfants appelés Eugéniques.
D'ailleurs, les grands laboratoires de reproduction, descendants directs des centres d'aide à la procréation, ont connu un essor considérable. En effet, le taux de natalité naturelle sur Véga a également baissé, et la dérive eugénique ne choque désormais aucun citoyen.
Véga peut offrir aux gens de la surface une licence de citoyen en remerciement pour services rendus ou pour accords commerciaux durables. Ces sésames permettent à celui qui les possède de rejoindre la cité et d'y circuler librement. L'accès à cette dernière est fortement contrôlé et toute tentative d'intrusion sans laissez-passer est punie de mort. L'accès à son réseau est lui aussi surveillé jour et nuit par les meilleurs Technautes.
Véga concentre toute la technologie des hommes. On y trouve les usines permettant de fabriquer les Goliaths,  de grands robots pilotés par des hommes pouvant au gré de ses équipements soit bâtir des structures, soit creuser sous la surface ou encore faire usage d'armes dévastatrices. La robotique côtoie aussi la médecine et il n'est pas rare de voir des hommes bénéficier de membres mécaniques ou d'exosquelettes.
Les Primus, habitants de la cité martienne Deneb, s'adonnent à toutes sortes d'expériences sur Terre. Ils cherchent la clé de l'immortalité. Car même si le sérum de Guérin rallonge considérablement leur espérance de vie, il arrive que des défaillances organiques brutales mettent en jeu leur pronostic vital.
Certains Primus essayent de croiser directement leur ADN avec des Originaux vivant sur Terre. Lorsqu'ils parviennent ainsi à avoir une descendance, cela donne naissance à un être viable mais toujours porteur de mutations, témoin de l'ADN altéré qui compose son être: Les Aberrants. Ces êtres sont parfois capables malgré un jeune âge de faire preuve de psyconscience et ils parviennent à modifier leur corps au gré de leurs mutations.
Il existe également des Primus qui perdent le droit de vivre sur Deneb. Des criminels, des parias, des opposants ou tout simplement des Primus qui ne se reconnaissent plus dans l’hégémonie de Mars. Ils sont rares. Selon la teneur de leurs crimes, ils sont soit condamnés à la mort soit à l’exil sur Véga ou pire, dans les terres mortes au-dessous de l'acropole. Le Primorum, organe dirigeant de la cité martienne,  s’assure qu’il ne représente pas une menace et une partie de leurs souvenirs sont effacés afin de protéger leurs secrets. On les appelle les Bannis, les seuls Primus à vivre de gré ou de force sur la Terre.

 

Formulaire d'abonnement

  • Facebook
  • Instagram
  • YouTube

©2020 par Dystopie.